gabegie


gabegie

gabegie [ gabʒi ] n. f.
• 1790; mot de l'Est, probablt du rad. de l'a. fr. gaber « railler », a. scand. gabb « raillerie »
Désordre résultant d'une mauvaise administration ou gestion. gaspillage. Quelle gabegie ! Lutter contre la gabegie. ⊗ CONTR. Économie, ordre.

gabegie nom féminin (ancien français gaber, railler, d'après tabagie) Gestion financière défectueuse ou malhonnête ; gaspillage : La gabegie administrative.gabegie (synonymes) nom féminin (ancien français gaber, railler, d'après tabagie) Gestion financière défectueuse ou malhonnête ; gaspillage
Synonymes :
- gâchis
- pagaille (familier)

gabegie
n. f. Gaspillage, désorganisation qui peut être dû à une mauvaise gestion.

⇒GABEGIE, subst. fém.
A. — Vieilli. Fraude, tromperie (cf. Ac. 1878).
P. ext., au plur. Affaires suspectes, douteuses, sujettes à caution. Les moins scrupuleux, les moins obtus, jetaient toute vergogne à bas; ils trempaient dans des gabegies, vannaient la bourbe des affaires (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 286).
B. — P. anal.
1. Désordre provenant d'une mauvaise gestion financière ou autre dans un pays, une administration ou une entreprise. Gabegie générale; supprimer la gabegie. [Colbert] mit fin à la gabegie des péages en imposant la tenue d'une comptabilité (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 155) :
1. Les lois bâclées par la Révolution contre les suspects n'empêchaient pas un extraordinaire laisser-aller officiel et une gabegie sans limite.
L. DAUDET, Lys sangl., 1938, p. 165.
2. P. ext. Désordre, chaos, abomination. Enfin quoi! tu vois aussi bien que moi dans quel état est la chiourme. La saoulerie, la gabegie, la folie de détruire (AYMÉ, Vogue, 1944, p. 94) :
2. Voyons, Honoré. Tu sais que ce mariage serait un scandale, une énormité, une sinécure, une gabegie. Tu le sais bien que ce serait une gabegie (...). Ça veut dire quelque chose de criminel, de honteux, quelque chose qui ne va pas bien.
PAGNOL, Fanny, 1932, II, 7, p. 145.
Au fig. Confusion. Ce rapprochement [de Schönberg et de Fauré] est monstrueux! Ça montre bien la gabegie des idées, le mépris des valeurs, le désordre intellectuel que propagent une série de petits foutriquets qui tiennent boutique de talent! (BRUYR, Écran mus., 1930, p. 36).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. dep. 1878. Attesté en 1807 ds Lar. Lang. fr. sous la forme gabgie. Étymol. et Hist. 1. Ca 1790 « désordre dans une administration » (J. R. HÉBERT, Père Duchêne ds BL.-W.1-5); 2. 1808 « intrigue, manigance » (HAUTEL); 3. 1829 « fraude, fourberie » (BOISTE). Prob. dér. du rad. de gaber qui a survécu en domaine d'oïl dans l'Ouest (cf. FEW t. 16, p. 3a); c'est peut-être le révolutionnaire normand J.-R. Hébert (né à Alençon) qui a fait le succès de ce dér. Formation obsc., peut-être analogue à celle de tabagie ou à celle de cabajoutis, cabagétis, cabagi, cabgit. D'apr. FEW t. 2, p. 243b, note 8, -getis résulterait de l'association jeter + suff. -aticius ou -ivus. Fréq. abs. littér. : 14. Bbg. SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 329; t. 3 1972 [1930], p. 527.

gabegie [gabʒi] n. f.
ÉTYM. V. 1790 au sens 2.; mot de l'Est, de la famille de gaber « railler » (→ Gaber); l'élément -egie est obscur : influence de tabagie ou, selon Guiraud, forme dialectale (cf. fromagie, froumegie; → Fromegi) d'un collectif gabagiée « ensemble de tromperies », de gaber par l'intermédiaire d'un gabage « tromperie ».
1 (1807, mais probablt antérieur). Vx. Action de gaber, de tromper en plaisantant. Fourberie, fraude, tromperie.
2 Mod. Désordre résultant d'une mauvaise administration ou gestion. Gaspillage. || Il y a de la gabegie dans cette administration (Académie). || Quelle gabegie ! || Si tout le monde veut commander à la fois, c'est la gabegie ! || Une gabegie complète, lamentable.
0 Pas avare, capable de dépenses qui, si on ne connaissait le fond de sa pensée, paraîtraient même prodigalités, il ne souffre jamais, autour de lui, ni gaspillage ni gabegie.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, De Brumaire à Marengo, VI.
Confusion, désordre (en général). || Rien n'est organisé ici, c'est la gabegie.
CONTR. Économie, ordre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GABEGIE — n. f. Désordre dans une administration, dans une entreprise, qui a pour conséquence des dépenses exagérées, des pertes d’argent. Faute de surveillance, cette affaire est devenue une gabegie. Il y a de la gabegie dans cette administration. Il est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • gabegie — (ga be jie) s. f. Mot populaire. Fraude, supercherie. Il y a de la gabegie là dessous. ÉTYMOLOGIE    Il paraît tenir au verbe gaber ; comparez gabuzé, moqué : •   Ainsi le jouvencel gabuzé, et faillit qu il pillast patience, le Jouvencel, ms. p.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • begie — gabegie …   Dictionnaire des rimes

  • Frédéric Jessua — est un acteur, metteur en scène et producteur français de théâtre et de cinéma, né le 29 octobre 1967 à Paris. Il se forme au sein du Studio 34 (promotion 2000) et suit une formation continue à la mise en scène au Conservatoire National …   Wikipédia en Français

  • Frederic Jessua — Frédéric Jessua Théâtre Par catégories Personnali …   Wikipédia en Français

  • désordre — [ dezɔrdr ] n. m. • 1377 « querelle »; de dés et ordre 1 ♦ (1530) Absence d ordre. Le désordre d une pièce. Mettre du désordre quelque part. Quel désordre ! ⇒ capharnaüm, déballage, fatras, fouillis, pagaille; fam. bazar, binz, chantier, fourbi,… …   Encyclopédie Universelle

  • gâchis — [ gaʃi ] n. m. • 1564; de gâcher 1 ♦ Mortier fait de plâtre, de chaux, de ciment. 2 ♦ Amas de choses gâchées (abîmées, brisées, renversées). Tu as fait un beau gâchis. 3 ♦ (1775) Fig. Situation confuse, embrouillée. ⇒ désordre, pagaille. Gâchis… …   Encyclopédie Universelle

  • Histoire d'Haiti — Histoire d Haïti À l origine, l île d’Ayiti, c est à dire «Terre des hautes montagnes», était peuplée par les Taïnos ou Arawaks, peuple semi sédentaire pacifique. Lorsque Christophe Colomb accosta pour la première fois le 6 décembre 1492, l île… …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Haïti — Article principal : Haïti. À l origine, l île d’Ayiti, c est à dire «Terre des hautes montagnes», était peuplée par les Taïnos ou Arawaks, peuple semi sédentaire pacifique. Lorsque Christophe Colomb accosta pour la première fois le 5… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de Haïti — Histoire d Haïti À l origine, l île d’Ayiti, c est à dire «Terre des hautes montagnes», était peuplée par les Taïnos ou Arawaks, peuple semi sédentaire pacifique. Lorsque Christophe Colomb accosta pour la première fois le 6 décembre 1492, l île… …   Wikipédia en Français